Les Eaux-Chaudes

Basses-Pyrénées : Etablissement Thermal - Aux Eaux-Chaudes ; Pierre Gorse (dessinateur, lithographe) ; Becquet Frères (lithographe, Paris) ; Lafon (éditeur, Luchon) ; vers 1850-1860 ; Estampe. Planche extraite de l'album : Pau et ses environs (Basses-Pyrénées) ; MIAL Les Pyrénées Monumentales et Pittoresques : Vue des Eaux-Chaudes ; Pierre Gorse (dessinateur, lithographe) ; Librairie spéciale Pyrénéenne (Pau) ; Estampe ; MIAL Basses-Pyrénées : Eaux-Chaudes : Baigneurs aux Thermes ; Carte postale ; Archives départementales 64
Eaux-Chaudes : Etablissement thermal ; Edition Ambielle ; Maurice Tesson (imprimeur, Limoges) ; Carte postale ; Archives départementales 64 Page de titre de l'oeuvre Notice historique et médicale sur l'établissement thermal des Eaux-Chaudes (Basses-Pyrénées), par Joachim Laffore ; Pau, Vignancour ; 1849 ; MIAL

 

La station thermale des Eaux-Chaudes se situe dans la vallée d'Ossau, et rattachée à la commune de Laruns. Étymologiquement, le nom de la cité provient de l'étymon « aiga ». Au XVIe siècle, elle était la station thermale attitrée d'Henri IV et de Jeanne d'Albret. Michel de Montaigne y fit également un séjour. Durant le XIXe siècle, la station se spécialisa dans le traitement des maladies de la femme : elle était particulièrement efficace pour accroître la fertilité. Le Second Empire y laissa également trace de son passage. De nos jours, les eaux de la station sont préconisées dans le traitement des maladies des voies respiratoires et rhumatismales.
La composition de ses sources est variée : sulfures, sodium, calcium et silicate. Toutes jaillissent à une température variant entre 35 et 36°C. De plus, elles sont riches en glairine et barégine.
Montaigne en parlait en ces termes : « Je fus à Aigues-caudes ; de celles-là je n'en sentis nul effect, nulle purgation apparente ; mais je fus un an entier, aprez en estre revenu, sans aucun ressetiment de colique, pour lequel j'y estoy allé ».

Recherche