Aspect historique

Page de titre de l'ouvrage : Recherches sur quelques points d'histoire de la médecine qui peuvent avoir rapport à l'arrêt de la Grand'Chambre du Parlement de Paris, concernant l'inoculation ..., par Théophile de Bordeu ; 1764 ; Liège, et se trouve à Paris : chez Cailleau. 2 vol. in-8° ; MIAL Cauterets : Intérieur des Thermes ; Arnout, Jules (dessinateur) ; Deroy, Isidore-Laurent (lithographe) ; Lemercier, Bernard et Cie (imprimeur) ; Estampe (lithographie noir et blanc) ; MIAL Pavillon de la Buvette : A Luchon Estampe ; Becquet frères (lithographe, Paris) ; Lafon (Luchon) ; Estampe (lithographie en couleurs) ; MIAL Etablissement Thermal Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées) ; Aubrun (lithographe) ; Frick Frères (imprimeur, Paris) ; Estampe (lithographie noir et blanc) ; MIAL
Les Premiers amours de Henri IV, ou l'origine de conter Fleurette\ Le Rendez-vous à la fontaine ; Desenne, Alexandre-Joseph (dessinateur) ; Bosselmann (graveur) ; Fortier, Claude-François (graveur) ; Ostervald aîné (éditeur, Paris) ; 1822 ; Estampe (eau-forte, Feuille entière H. en cm 40,3 ; L. en cm 48,5). Illustration d'une suite de quatre planches sur Henri IV et Fleurette ; planche 2 : le rendez-vous à la fontaine, Henri IV au pied de Fleurette et auprès d'une fontaine. Musée National du Château de Pau Dax : La fontaine chaude ; Neurdein (44 rue Letellier, 52 av. de Breteuil, Paris) ; Carte postale ; MIAL

 

La médecine thermale trouve son origine dans l'Antiquité : les maladies comme la lèpre étaient soignées avec des bains, les blessés de guerre se rendaient aux thermes pour se rétablir. L'eau à cette époque était donc synonyme de salut et de bienfait.
3000 ans avant Jésus-Christ, cette méthode médicale était déjà appliquée. En effet, les Romains vouaient un culte sans bornes à l'eau : ce culte se retrouvait sous la forme de constructions architecturales comme des fontaines, des aqueducs et bien sûr des thermes. Pour les Romains, les thermes jouaient différents facteurs : médical, hygiénique et surtout social. Ces bains étaient un lieu privilégié d'un point de vue artistique : luxueux, on pouvait y admirer des sculptures, des peintures, des statues.
Henri IV a tenu un rôle capital dans l'existence du thermalisme. En effet, sans la création de la charte des eaux minérales en 1604, donnant ainsi un cadre légal aux pratiques thermales, le thermalisme ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui. En 1823, l'Académie de médecine produit une nouvelle charte des eaux minérales naturelles et artificielles (ordonnance royale) et un décret la complète en janvier 1860. L'ordonnance royale stipulait que « toute entreprise ayant pour effet de livrer ou d'administrer au public des eaux minérales naturelles ou artificielles, [demeurait] soumise à autorisation préalable et à l'inspection d'hommes de l'art ». Théophile de Bordeu a joué également un rôle crucial dans le développement du thermalisme en lançant en 1748 le thermalisme pyrénéen ainsi qu'en insistant sur l'utilité des eaux minérales et sur les avantages de l'inoculation. D'autres avancées contribuèrent à l'évolution du thermalisme : en 1950, les soins thermaux sont pris en charge par la Sécurité Sociale qui vérifie scrupuleusement l'état et l'hygiène de l'eau sous peine de fermeture de l'établissement. Chaque établissement de soins doit être agréé dans le traitement d'une ou plusieurs orientations thérapeutiques et tous doivent être conventionnés par la Sécurité Sociale.
La période du Romantisme en littérature donne une nouvelle modernité au thermalisme. Dans les Pyrénées, plusieurs stations thermales se développent, portées par le goût impérial pour les villes d'eaux. Dans le même temps, les chemins ferroviaires rendent encore plus accessibles les stations.
En France, aujourd'hui, le thermalisme se veut de plus en plus médicalisé, ce qui implique l'expérimentation scientifique de l'intérêt thérapeutique et la qualification du personnel. Le thermalisme s'efforce d'optimiser les bienfaits des eaux minérales par des techniques, conçues et renouvelées par des médecins, dans le plus grand souci d'efficacité. En parallèle des cures prescrites par le médecin et prises en charge par la Sécurité Sociale, on assiste de plus en plus au développement des séjours de remise en forme qui ne sont pas sans rappelés la thalassothérapie. Cette dernière remonte au XIXe siècle avec Joseph de la Bonnardière qui la définit comme « l'usage thérapeutique des bains de mer ».

Recherche