Urt

Urt (Basses-Pyrénées) : L'Adour, le Port ; Photo G. Marchand, Dax ; Edition Coopérative ; s. d. ; Carte postale ; Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (64) L'Adour à marée basse (Six bateaux de rivière échoués sur la rive de l'Adour à marée basse. Le lieu représenté pourrait être Blancpignon en aval, plutôt que les environs d'Urt en amont. Le fleuve parait très large, des cabanes en bois (petits chantiers navals ?) sont dessinés sur la berge) ; Ferdinand Corrèges (dessinateur) ; 1886 ; Dessin (caryon, lavis brun, 27,2 x 21 cm) ; Musée basque et de l'histoire de Bayonne
Chantier naval de gabarres à Urt ; vers 1900 ; Photographie (aristotype à la gélatine, 13 x 18,3 cm) ; Musée basque et de l'histoire de Bayonne

 

Urt est un village proche du Pays Basque. Fondé au Moyen Age par des pêcheurs, le village devient prospère grâce à sa situation fluviale sur l'Adour. A la fin du Moyen Age, la navigation commerciale était la principale activité du port. Les chantiers navals et l’implantation de marchés accompagnement l’activité de la pêche. Le XIXe siècle, avec ses progrès techniques, redonne à la cité toute la prospérité qu'elle avait au Moyen Age. L'attrait pour la côte Basque au siècle dernier et de nos jours, conjugué à l'accroissement de la population, redore le blason du village et ouvre une nouvelle branche économique, l'immobilier.
Traversé par l'Adour, la pratique de la pêche se fait à l'aide de nasses tendues en travers du fleuve.
Le port du Vern était un haut lieu de la réparation de bateaux. L'arrivée du chemin de fer mit cependant fin à l'activité batelière ainsi qu'à la navigation fluviale.
Au tout début du XXe siècle, la pêche s'effectuait à marée descendante. Et il n'était pas rare, à l'époque, de voir certains pêcheurs attendre la marée, confinés dans leurs bateaux. Aujourd'hui, il ne subsiste que très peu de pêcheurs professionnels dont les prises se limitent à lamproies, aloses, saumons et anguilles. Ceci est du à la pollution et aux barrages qui réduisent le nombre et la diversité de poissons. L'activité s'en trouve amoindrie alors qu'au XIXe siècle on vivait de la pêche.

Recherche