Bayonne

Bayonne : Le Port ; avant 1902 ; Carte postale ; MIAL Bayonne : Jonction de la Nive et de l'Adour ; s. d. ; Carte postale ; Archives départemantales des Pyrénées-Atlantiques (64) Port de Bayonne ; Nicolas Ozanne (dessinateur) ; L. Roger (graveur) ; Jean (éditeur, Paris) ; 18?? ; Estampe (gravure) ; MIAL
Vue du Port de Bayonne ; M. Bouquet (dessinateur) ; Chavane (graveur) ; 18?? ; Estampe (gravure). Titre de collection : France Maritime ; MIAL Port de Bayonne, octobre 1893 ; Eugène Trutat (photographe) ; Photographie noir et blanc ; Bibliothèque municipale de Toulouse Vue du port de Bayonne ; Armand-Gustave Houbigant (dessinateur) ; vers 1842 ; Dessin au crayon. Dessin extrait du Journal d'un voyage de Paris aux Eaux-Bonnes, volume 2 ; MIAL
Vue du Port de Bayonne, Prise de la Place St-Esprit ; Ambroise Louis Garneray (dessinateur, graveur) ; Basset (éditeur, Paris) ; 18?? ; Estampe (gravure) ; MIAL Vue de la Ville de Bayonne, Prise de la mi-Côte sur le Glacis de la Citadelle ; Joseph Vernet (dessinateur) ; Charles Nicolas Cochin (graveur) ; 18?? ; Estampe (gravure). Mention complémentaire en bas : Gravé d'après le Tableau Original appartenant au Roy, et faisant partie de la Collection des Ports de France, ordonné par Mr. le Marquis de Marigny ; MIAL
Voyage aux Pyrénées : Allées marines à Bayonne ; Andrieu, J. (photographe) ; 18?? ; Photographie stéréoscopique  (16,8 x 8,5 cm) ; MIAL
Bayonne ; Charles Rauch (dessinateur) ; Eugène Nyon (graveur) ; 18?? ; Estampe (gravure) ; MIAL Bayonne : Marché aux grains ; Blanche Hennebutte (dessinateur) ; Lemercier (imprimeur, Paris) ; Henri Hennebutte (éditeur, Bayonne) ; 1852 ; Estampe (lithographie noir et blanc). Planche extraite de l'Album des deux frontières : vues des environs de Bayonne & de St. Sébastien ; MIAL

 

La ville de Bayonne et son rôle en matière fluviale s'inscrivent très tôt dans notre histoire. C'est au Moyen Age que le port de Bayonne prend son essor pour atteindre son âge d'or au XIVe siècle. Installée à la confluence du fleuve de l'Adour et de son affluent la Nive, la ville déploie ses activités maritimes des deux côtés de la Nive. S'appuyant sur la construction de navires de haute-mer,  la ville établit des relations commerciales avec la Navarre et l'Angleterre. La maîtrise du fleuve par la création d'estuaires et d'embouchures va constituer l'un des grands chantiers du port. Cependant, le port concentrera son activité sur les rives de l'Adour.
L'activité stagnant, les pouvoirs cherchent un moyen pour relancer la dynamique et moderniser le port.  Le XIXe siècle marque un virage pour le port qui commence à se spécialiser dans l'industriel. Le XXe siècle voit le port s'aménager pour faciliter l'accueil des bateaux : aménagement du lit de l'Adour à partir de 1903 ainsi que construction de digues à partir des années 1960. Aujourd'hui, son activité dépasse les 4 millions de tonnes d'exportations de produits du bassin industriel et de l'agro-alimentaire.
Le mouvement commercial du port n'a cessé de se développer au fil des siècles : ainsi le tonnage des marchandises a subi une progression continue. Plusieurs raisons expliquent cette croissance : d'une part, l'implantation d'infrastructures industrielles qui a dynamisé la fréquentation et d'autre part, le développement du commerce de poteaux de mines et de produits sylvicoles que les exportateurs dirigent vers Boucau. Le port tend à devenir un centre industriel et le débouché de la région landaise, à l'opposé de Biarritz qui perdure dans la tradition de la pêche.

mettre  titre

Recherche