Le Lac de Lourdes

Lourdes : Le Lac ; Célestin Carrache (éditeur, Pau) ; Carte postale ; Archives départementales des Hautes-Pyrénées (65) Les Pyrénées : Lourdes - Le Lac ; Edition E. Frioux, Lourdes ; Carte postale ; Archives départementales des Hautes-Pyrénées (65) Environs de Lourdes : Le Lac ; Neurdein (éditeur, Paris) ; Carte postale ; MIAL
Lourdes : Le Lac ; Carte postale ; Archives départementales des Hautes-Pyrénées (65)
Lourdes : Le Lac ; Carte postale ; Archives départementales des Hautes-Pyrénées (65) Les Hautes-Pyrénées : Lourdes - Le Lac, La Terrasse ; Labouche Frères (éditeur, Toulouse) ; Carte postale ; Archives départementales des Hautes-Pyrénées (65) Lourdes : Bords du Lac ; Carte postale ; Archives départementales des Hautes-Pyrénées (65)
Les Lac de Lourdes ; F. C. ; Carte postale ; Archives départementales des Hautes-Pyrénées (65)

 

Pendant fort longtemps, le lac de Lourdes était perçu comme un lac maudit. La légende rapporte que lorsqu'une personne s'y noyait, son âme était à jamais emprisonnée au fond du lac. Toujours selon la légende, à l'emplacement du lac s'élevait autrefois une cité peuplée d'individus si cruels que Dieu décida de les châtier en engloutissant la cité dans les flots. Seule une famille put échapper à ce destin car elle s'était montrée pieuse et respectueuse. La veille de la destruction de la cité, Dieu envoya un messager pour la prévenir du terrible sort qu'il réservait à la population. Il n'y avait qu'une seule condition : que personne ne se retourne pas même si on entend un bruit. Tous les membres de la famille quittèrent la ville et respectèrent les consignes données par l'envoyé du Seigneur. Mais à un moment, ils entendirent des bruits épouvantables. L'homme pressait les siens d'avancer et d'augmenter la cadence en leur sommant de ne pas se retourner. Or, sa femme qui était à l'arrière se retourna et fut instantanément changée en pierre.
Cette légende n'est pas sans rappeler le mythe d'Orphée qui alla jusqu'aux enfers pour sauver sa bien-aimée Eurydice et qui avait reçu les même consignes, à savoir de ne pas se retourner sous peine de perdre pour l'éternité son amour.